Se connecter



S'inscrire
Mot de passe oublié

En ligne
2 Visiteurs, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur utilisateurs en ligne.

Total : 2
 
G2-G62
 



G62

   La sonde du liquide de refroidissement  G2-G62



Utilisé chez la quasi-totalité des constructeurs automobiles, ce genre de capteur à l’apparence si anodine occupe une place non négligeable sous le capot. 
Voici d'une manière générale celui équipant les véhicules du groupe VAG et en particulier celui se trouvant dans mon Audi A4 Tdi, moteur AJM.

Pour ceux uniquement intéressés par son remplacement, allez ICI.

1 - Les symptômes : 

    Vous mettez en route votre moteur et celui-ci s’emballe aussitôt sans que vous ayez appuyé sur l’accélérateur. Les variations brutales de régimes (jusqu’à 1500 tours/mn) durent moins de 2 secondes et sans action particulière, le régime revient à son ralenti habituel.
2 - En cause : La sonde de température du liquide de refroidissement. 

3 - Le contrôle de la sonde :
    Il existe deux solutions :

      - La première figure dans la RTA et consiste à d’abord vérifier à l’aide d’un voltmètre la bonne tension entre les bornes 1 et 3 de la sonde (5volts)….



      ….puis toujours sur les mêmes bornes et avec un ohmmètre cette fois sa résistance à différentes températures. Ce dernier contrôle est un tantinet fastidieux : Imaginez une casserole d’eau avec thermomètre et sonde plongés dedans, une eau chauffée progressivement, un contrôle de la résistance à chaque température préconisée, Pfffff….

      Le contrôle s’échelonne sur une plage 0° à 100° et par séquence de 10°. Les données Résistance/température figurent sur la RTA.

      - La seconde, beaucoup plus confortable consiste à interroger la mémoire défaut du calculateur via la prise OBD (On Board Diagnostic). Pour çà, direction VAG (45 € env) pour un passage à « la valise » ou chez soi avec un logiciel permettant cette opération. Dans ce dernier cas et pour les véhicules VAG, la référence en la matière est VAG-COM.
      En quelques secondes, voilà ce qui apparaît :



      Il y est indiqué une coupure/court-circuit au pôle + et intermittent de surcroît ce qui est tout à fait exact puisque dans mon cas personnel, les emballements n’étaient pas systématiques lors de chaque mise en route. Ce pouvait être 2 fois dans la semaine comme 1 fois dans le mois.
4 - Explications : 

    Cette sonde a pour fonction de relever la température du liquide de refroidissement et transmettre cette information à l’indicateur du tableau de bord mais aussi et surtout au calculateur de gestion moteur.

    Cette sonde apparaît dans le schéma électrique VAG sous l’appellation combinée de G2 et G62 ; Le G2 étant en liaison avec le combiné d’instrument, le G62 avec le calculateur de gestion moteur (J248).


    source : RTA

    Le rôle du G62 est important dans la mesure où suivant les données transmises, le calculateur va ajuster en conséquence la quantité de carburant à injecter et notamment lors des départs à froid. Une forme de « starter » en somme.

    Les extraits partiels ci-après issus du logiciel Vag-Com confirment cela :


5 - La technique : 

    Cette sonde est une thermistance ayant un comportement CTN (Coefficient de Température Négatif) c'est-à-dire que sa résistance interne diminue proportionnellement avec l’accroissement de la température du liquide de refroidissement (et inversement).

    La résistance interne diminuant avec la chaleur, l’intensité électrique augmente et devient alors un signal détecté par le calculateur qui va l’exploiter comme valeur indicative.

    Un exemple pour illustrer :


6 - Pourquoi l’emballement ?

    NB : Par commodité, je substitue « T° de LR » à « température de liquide de refroidissement ».

      - La sonde de T° de LR n’est pas le seul capteur à informer le calculateur de la T° régnant dans le moteur. Il existe également la sonde de T° de carburant (G81) et la sonde de T° d’air admis (G71), toutes deux elles aussi reliées au calculateur.

      - En supposant qu’à un moment donné la résistance interne de la sonde de T° de LR devienne subitement plus importante, le signal électrique transmis au calculateur correspondra à un état du moteur plus froid qu’il ne l’est réellement. Le calculateur va donc prendre en compte ce paramètre en augmentant le débit de carburant. 

      - Compte tenu des 3 informations que le calculateur reçoit simultanément, il est possible qu’il doive les comparer avec les paramètres qu’il a en mémoire et que, constatant une information non cohérente par rapport aux deux autres, l’ignore et enregistre ce défaut dans sa mémoire. Pendant le bref temps nécessaire à cette analyse et à l’action corrective du calculateur, il y a emballement.

    Voilà mon analyse. Mais comme toujours, le débat est ouvert.